Mémoire des  » Jannettes » de Tu es roc

(Jeannette Le Duc et Jeannette Toisoul)
Les lavoirs de Tu es Roc.

Jusque dans les années 1970, où les foyers ont commencé à s’équiper petit à petit d’une machine à laver , les rhoeginéennes de Tu es Roc allaient laver leur linge à trois endroits différents : le lac bleu, le lavoir de la Basse Rue, le lavoir de Lourtouais.

Le lavoir de la Basse Rue.

Source photos: sallevirtuelle.cotesdarmor

Ce lavoir communal date du 19e siècle . Les habitants  de Tu es Roc avaient aménagé un lavoir pour le rouissage du lin en amont de la « fontaine aux ânes » (les ânes étaient utilisés pour tracter les wagonnets sur les rails entre les carrières et le port d’Erquy.) Le rouissage du lin était pratiqué jusque dans les années 1930 par les tisserands de la commune. Ils faisaient une étoffe travaillée à quatre marches et cette étoffe après avoir été teinte en bleu servait à la fabrication des vêtements de travail pour les ouvriers des carrières (pantalons pour les hommes, cotillons pour les femmes …)

Ce lavoir est situé dans une petite impasse de la Basse Rue et est associé à une fontaine et à un puits construits en grès , équipés d’une rigole pour amener l’eau jusqu’au lavoir

Le Lavoir de Lourtouais

A Lourtouais, il existe une fontaine communale datant de la fin du 19 e siècle. Cette fontaine est située sur le site départemental du cap d’ERQUY. La source était réputée pour ne jamais tarir !!

Lors de la sècheresse de 1976 , le village de Tu es Roc venait s’y approvisionner. Le lavoir de Lourtouais est situé à proximité de la fontaine votive Notre Dame des Bruyères, des Côteaux et des Bois.

Le Lac Bleu.

Les deux Jeannettes se souviennent de l’époque où elles allaient laver le linge dans ces trois endroits de Tu es Roc dont le Lac Bleu. Le travail était dur en particulier l’hiver bien sûr. Le linge était transporté sur des brouettes faites de lattes de bois espacées. Chaque lavandière avait sa caisse, son savon et son « batouyé » (battoir). Elles venaient laver leur linge bouilli aux cendres (il était bouilli dans une lessiveuse sur un trépied et chauffé sur un feu de bois). Il était ensuite étendu sur les fougères et les ajoncs et était rapidement sèché par le vent du large.

Malgré la dureté du travail il y avait de bons moments de gaité. Toutes les rumeurs partaient de là et cela mettait du piment !!!!!

Outre les habitantes de Tu es Roc , les lavandières habitant à la Chaussée et sur le port lavaient également leur linge au lac bleu et profitaient des wagonnets des carrières pour redescendre le linge une fois lavé, sur le port pour le récupérer !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s