Habitants

ERQUY Amicale des rhoeginéens.

l-amicale-des-regineens-a-decide-de-reunir-les-regineens-de_2162006_660x319

(Le Télégramme):Une réunion en projet 26 novembre 2014, Des commissions sont organisées : écoles, fêtes religieuses, pêche, ports et festivités, hôtels et restaurants, agriculture, pompiers, commerces et sport. « Le résultat de ces recherches est un travail de mémoire et sera présenté publiquement pour que l’histoire d’Erquy perdure », précise Sylvie Moret, membre fondateur. Un site internet est en cours de création, grâce au concours de Michel Chatellier. Il permet de suivre l’évolution du travail des bénévoles, en consultation ou en s’inscrivant à la lettre d’informations. Trente années d’archives ont été conservées par Claude Spindler, dont l’oncle est le peintre Léon Hamonet, incluant des photos de la ville inondée, de maisons disparues. Une source sur l’histoire d’Erquy.

Les habitants d’Erquy en 1830…

Selon François Habasque, historien, en 1830,  » à Erquy les hommes sont grands, bien faits. Ils portent des pantalons et des vestes de drap bleu (berlingue). Les femmes sont presque toutes jolies, elles sont généralement blondes; leur taille est svelte, dégagée, elles ont le teint frais, l’oeil bien fendu, les dents blanches. Elles se mettent bien, leur coiffure est élégante et elles ont presque toute adopté le parapluie… » Extrait du livre de François Ruellan « Erquy »

Eh ben !