Inauguration de la station de sauvetage d’Erquy et du canot à moteurs « Vice-Amiral Courbet »

28 juillet 1935

Journée inoubliable pour tous ceux qui ont pris part à cette belle fête. Dès le matin, toutes les rues et toutes les maisons sont pavoisées : habitants et baigneurs rivalisent de zèle pour donner au charmant petit port la plus coquette des parures.
Sur rade se détachent les plus fines silhouettes de l’ « Orage » et de l’ « Ouragan », torpilleurs de la 2ème division de la 2ème escadre.

A 10 heures, Monsieur le curé d’Erquy a eu la délicate pensée de célébrer la grand messe à la mémoire des sauveteurs et des marins disparus. Dans le chœur ont pris place les pilotins de la ligne maritime et coloniale. (Groupe de l’école Saint-Jean-de-Béthune de Versailles). Au premier rang de l’assistance, le Vice-Amiral Le Vavasseur, représentant le vice-amiral Lacaze, président de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés. A côté se placent les notabilités et les sauveteurs.
A 11 heures, à l’issue de la messe, le cercle se forme autour du mémorial du « Matin » exposé place de l’église face au monument aux morts de la guerre devant lequel ont été placés les moussaillons enfants de marins réunis en un groupe charmant. Le challenge du « Matin » est remis aux sauveteurs de nos stations des Côtes-du-Nord en présence du préfet, du président du Conseil Général, des notabilités du département et de la commune.

Monsieur Michel, rédacteur du « Matin » expose en termes très élevés le but que s’est proposé ce grand journal en encourageant les sauveteurs, et rappelle les exploits accomplis par ceux qui ont vaillamment mérité que le bronze de Falize leur soit confié pour un an. Il fait avancer les patrons Le Cleuziat de la station de Bréhat, Yves Caous de la station de Portz-Even et le patron Leguen d’Erquy et lit leurs citations proclamées le 28 mai dernier dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, ainsi que celle de la station de Ploumanach dont le patron n’a pas pu venir à Erquy. Les braves sauveteurs auxquels la capitale avait déjà réservé de chaleureuses ovations sont ainsi glorifiés sur les lieux même de leurs exploits .

Ce mémorial était un bronze d’environ 200 kgs réalisé par l’orfèvre Falize, de Paris, représentant des naufragés réfugiés sur un rocher et appelant au secours. Ce bronze, accompagné de son livre d’or, fut confié pour la première fois, en 1913, à la station de Penmarc’h et la dernière fois, car plus de trace, à Saint-Raphaël (Var) en 1939.

Le Vice-Amiral Levasseur, au nom du conseil d’administration de la SCSN, félicite les stations de sauvetage des Côtes-du-Nord du choix dont elles ont été l’objet et remercie le journal « Le Matin » d’une initiative qui crée entre les sauveteurs, la plus noble des émulations.
Monsieur Brilleault, Maire de Saint-Brieuc, exprime ensuite la fierté du chef-lieu du département, qui conservera une place d’honneur de son hôtel de ville au glorieux trophée qui lui est confié.
Après ces glorieuses paroles, le Vice-Amiral, les officiels escortés des pilotins et des moussaillons d’Erquy se rendirent au monument aux morts pour y déposer les fleurs de la reconnaissance et du souvenir.

Puis un vin d’honneur est offert par la municipalité d’Erquy dans la grande salle de la mairie.

A midi un banquet réunit à l’Hôtel de la Plage invités et sauveteurs. A l’issue du repas parfaitement servi, le Commandant Chollet, inspecteur de la Société, s’adresse aux sauveteurs héros de la fête, et leur traduit les témoignages d’admiration et d’encouragement que sont venus leur apporter les notabilités présentes.

Le Torpilleur Orage

Le Vice-Amiral Le Vavasseur qui préside, le préfet des Côtes-du-Nord, le Capitaine de frégate Le François représentant le Vice-Amiral commandant la 2ème région, M. Meunier, sénateur, président du Conseil Général, Monsieur Cornu, député, le directeur de l’inspection maritime, venu de Saint-Servan, le directeur des douanes venu de Saint-Malo, le Capitaine de frégate Rey, commandant la 2ème division de torpilleurs et le torpilleur l’ « Orage » et le Capitaine de corvette Costet, commandant l’ « Ouragan », venus avec une délégation des officiers-mariniers et des équipages, M. le maire d’Erquy et ses adjoints, M. le Curé d’Erquy, le Capitaine Erhel, président du comité de sauvetage d’Erquy et les membres de ce comité, toutes les notabilités présentes.

Le Torpilleur Ouragan

Le Commandant Chollet remercie tous ceux qui ont contribué à la réalisation de la nouvelle station : les services des Ponts-et-Chaussées, la société générale d’entreprise, les carrières de l’ouest qui nous ont cédé le terrain nécessaire. Monsieur Jouet, constructeur du canot à moteur le  « Vice-Amiral Courbet ».
Mais il réserve les remerciements les plus chaleureux pour celui qui a été l’animateur et le plus actif artisan de cette réalisation, Monsieur l’ingénieur Jean Gagey, qui a bien mérité l’honneur d’être parrain du nouveau canot aux cotés de la charmante marraine Madame Le Vavasseur.
Le vice-amiral Le Vavasseur apporte ensuite au nom de notre société aux dévoués collaborateurs que nous avons trouvés à Erquy, et en particulier à monsieur Gagey, le témoignage d’une reconnaissance qu’ils ont bien méritée.
Le préfet exprime aux sauveteurs sa fierté d’être l’interprète du département des Côtes-du-Nord et des pouvoirs publics pour féliciter les sauveteurs des beaux exemples qu’ils donnent en acceptant toutes les fatigues et affrontant les plus grand dangers pour sauver les naufragés en péril.

A 14 heures, au début de l’après midi ,le sénateur Meunier, inaugure la nouvelle route touristique menant au canot, en coupant le ruban symbolique, tandis que se fait entendre l’Harmonie des chemins de fer de l’état, venue de Rennes et qui se fera entendre pendant toute la fête.

Vers 15 heures, les invités sont réunis à la station pour recevoir Monseigneur Serrand, évêque de Saint-Brieuc, qui a bien voulu venir lui-même bénir le nouveau canot.
L’embarcation, toute pavoisée, est amenée sur son chariot à mi-cale le long d’une estrade qui a été édifiée à la hauteur nécessaire. Montant sur cette estrade Monseigneur Serrand procède à la bénédiction traditionnelle en présence de la marraine Mme Le Vavasseur et du parrain M. Jean Gagey. Ceux-ci au lieu de briser la bouteille de champagne traditionnelle jetèrent sur le pont une poignée de blé et de sel. Puis en une éloquente allocution il exalte la grandeur de la mission qu’aura à accomplir le nouveau canot et les qualités morales dont les sauveteurs qui l’armeront auront à faire preuve.Le Vice-Amiral Le Vavasseur, prenant ensuite la parole, expose pour quelles raisons a été donné à ce puissant canot à moteurs le nom « Vice-Amiral Courbet ». Il retrace à grand traits la carrière de cet illustre chef et fait ressortir la valeur des exemples qu’il a laissés. Ces exemples, les sauveteurs s’en inspireront aux heures de danger, quand ils auront à montrer une fermeté de caractère et un oubli d’eux-mêmes qui ont été les vertus essentielles de l’Amiral Courbet.
Le « Vice-Amiral Courbet » est ensuite lancé, tandis que la musique joue la Marseillaise et que les torpilleurs l’« Orage » et l’ « Ouragan » tirent des salves.

Les notabilités et les invités défilent dans la maison-abri où ont été dressées des tables et où le champagne traditionnel remplit les verres, qui se choquent en l’honneur du nouveau canot et des vaillants marins qui l’armeront.

Dans la soirée un bal en plein air permet à la jeunesse présente et aux marins de l’escadre de terminer la journée dans la note de gaîté qui avait prédominé durant ce beau jour de fête.

Le canot de sauvetage a été construit par les Chantiers Jouët.

Il est du type ‘Lucien Billet’ de grande stabilité et insubmersible. D’une longueur de 11,25 mètres et d’une largeur de 3,10 mètres, il a un tirant d’eau de 0,93 mètre. Son poids est d’environ 9 tonnes avec 540 litres d’essence en réserve. Il est équipé de 2 moteurs Baudouin de 4 cylindres développant 40 cv à 1.200 tours qui lui permettent d’atteindre une vitesse de 8,2 nœuds. Son autonomie est de 22 heures de marche.

 

 

 

 

 

Contributeurs : Christian Frémont, Serge Lambert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s