Le Naviplane « Ingénieur Jean BERTIN » sur la plage de Caroual

Le Naviplane N500 était un aéroglisseur de transport commercial construit par la SEDAM – Société d’Etude et de Développement des Aéroglisseurs Marins basée à Pauillac. Le N500-02 « Ingénieur Jean Bertin » fut commandé par la SNCF pour le trafic trans-Manche entre la France et l’Angleterre et construit en 1977.

naviplane-cf-1w

Une fois les premiers essais terminés (une trentaine de vols sur la Gironde), il convenait de livrer l’appareil à la société Seaspeed (filiale commune de British Rail et de la SNCF) à Boulogne-sur-Mer dans la perspective d’une mise en service à l’été 1978. C’était l’occasion de réaliser un périple de 750 milles (1.400 kms) entre Pauillac et Boulogne-sur Mer, soit 25 heures de vol avec escales. Le départ, initialement prévu le dimanche 20 novembre 1977, avec tout un dispositif pour assurer les contrôles et les ravitaillements de l’appareil sur le parcours, dû être reporté au vendredi 25 novembre, en raison d’une météo très mauvaise sans amélioration immédiate. Le jour dit, la première étape du voyage Pauillac – Le Verdon (embouchure de la Gironde) est couverte en 50 minutes de vol. Le lendemain, le temps est beau et l’appareil rallie Quiberon tôt dans la matinée. Il se pose sur la plage du camping de Pen-er-Lé où un camion citerne l’attend pour le premier ravitaillement. Le Naviplane repart à 13 h 30 en direction de Douarnenez où le point d’atterrissage, d’abord prévu à Sainte-Anne-la-Palud est déplacé à la Lieue de Grève. Il s’y pose vers 17 h 00 et une foule considérable se masse sur la plage. Le dimanche 27, le Naviplane part en direction de Cherbourg, mais il fait escale à Erquy, sans doute par précaution après un incident sur deux jupes entre les Sept-Iles et Bréhat.

naviplane-cf-2w

Son arrivée provoque à nouveau un gros attroupement. L’appareil ne peut-être ravitaillé qu’en fin de soirée, le camion citerne était parti pour Cherbourg et a donc dû revenir. Il fait très froid et le vent s’est levé. Le lundi 28 à 8 h 30, le N500 quitte Erquy en direction de Siouville (à coté de Cherbourg),mais la mer est forte et les assurances n’autorisent pas le Naviplane à voler dans ces conditions : il rencontre par endroits des vagues de plus de 4 mètres ! Les pilotes rebroussent donc chemin après 45 minutes de vol seulement. L’étape de Siouville a donc lieu le lendemain mardi 29 et le N500 arrive à 12 h 30, avec une heure d’avance sur l’horaire prévu, malgré des conditions de mer toujours difficiles. Après ravitaillement, il repart à 13 h 50 en direction d’Houlgate où il se pose en fin d’après midi. L’ultime étape entre Houlgate et Boulogne-sur-Mer est couverte le lendemain matin en 4 heures et le Naviplane N500 « Ingénieur Jean Bertin » se pose à l’hoverport du Portel à 13 h 25. Après d’ultimes essais, il sera mis en service commercialement le 5 juillet 1978. L’appareil était conduit par un équipage de 15 à 17 personnes. Sa longueur était de 50 mètres et sa largeur au maître-bau était de 23 mètres. Emmené par 5 turbines à gaz maritime Avco Lycoming TF40 développant 2.386 kw, il atteignait une vitesse de 65 à 70 nœuds. Sa capacité était de 400 passagers avec 55 voitures et 5 cars. Après avoir réalisé des records de traversées : Douvres – Calais en 22 minutes et 15 secondes (25 février 1980) et Douvres – Boulogne Le Portel en 25 minutes (4 septembre 1981), le N500-02 sera retiré du service à la fin de l’année 1983 et détruit sur place en octobre 1985. Contributeur : Christian Frémont En savoir plus sur Jean Bertin

 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s